HES Mix

Immeuble doublé par l'extérieur en Chaux - Chanvre avec le process HES Mix
Présentation de la solution HES Mix (process Chaux-Chanvre banché)

Présentation de la solution HES Mix

(nouveau site de HEMP Eco Systems en français depuis août 2016, en anglais depuis mai 2016)

De 2005 à 2015, nous avons construit ou rénové avec tout ce qui se fait de matériaux qu'on peut appeler "sains". Certains répandus, d'autres plus expérimentaux comme sur les chantiers d'auto-constructeurs ou de passionnés. Au fur et à mesure des réalisations et des retours d'expérience, nous avons appris à les connaître et à les utiliser au meilleur de leurs capacités. Par exemple, faire un doublage intérieur en plaques Fermacell est pertinent en construction neuve, mais ça ne l'est plus du tout si l'on double de vieux murs en pierre biscornus car les plaques vont les remettre à l'équerre. On arrivera à des coûts importants, on laissera des vides entre la pierre et l'isolant et l'on perdra le charme de l'irrégularité, si prégnant dans les vieilles bâtisses.

Lorsqu'on nous pose la question "mais quel est le meilleur matériau?" nous avons coutume de répondre que cela dépend du contexte, qu'il faut voir au cas par cas. Ce n'est pas une réponse de normand, c'est une réponse issue de la pratique de notre métier d'éco-architectes.

Cependant... cependant, parmi tous les matériaux du gros oeuvre, ce qu'on appelait le "béton de chanvre" est à part. Par le nombre de ses qualités thermiques, hygrométriques, phoniques, d'inertie etc... il apporte à l'intérieur des bâtiments une qualité et une douceur inégalée. Il contribue à la bonne qualité de l'air intérieur car la chaux aérienne qu'il contient capte le CO2 ambiant. Le chanvre est une plante rustique qui ne nécessite ni engrais ni pesticides ni arrosage. Il rémunère correctement son producteur, ne réclame d'autre transformation que découpage et dépoussiérage avant d'être mis en oeuvre par les artisans sur le chantier. Il offre des possibilités élargies de formes, de reliefs et de textures. Enfin, pour notre environnement aussi il a un impact fortement positif : dépollution des sols, préservation des nappes d'eau, capteur de carbone...

Dans nos projets neufs ou rénovés en chanvre, nous avons eu recours à des marques différentes. Et à chaque fois  nous avons rencontré les mêmes problèmes : temps de mise en oeuvre trop important et donc prix élevé, temps de séchage pénalisant pour le chantier, coefficient de conductivité thermique (lambda) insuffisant, manque d'homogénéité du mélange dans les techniques projetées... si bien que ce matériau n'arrivait pas à percer alors qu'il donne les meilleurs retours d'expérience du point de vue des utilisateurs.

Début 2015, la vie nous a mis sur la route de l'un de ses inventeurs : Jorgen Hempel. Le mélange chaux-chanvre a en effet été créé par plusieurs personnes, comme toutes les grandes inventions. La rencontre avec Jorgen Hempel nous a permis de reconstituer l'histoire de ce matériau depuis son origine. Et d'en découvrir la branche la plus aboutie aujourd'hui selon nous.

A la fin des années 1980, Yves Kühn, agriculteur bâtisseur, découvre la possibilité de mettre de la paille de chanvre, la chènevotte, dans des mélanges de terre, de sable, de chaux. Il fait des des constructions banchées à l'intérieur desquelles il noie une ossature bois. Il fonde Canosmose au début des années 1990. Il travaille avec Olivier Duport, charpentier, qui développera par la suite les briques de chaux-chanvre Chanvribloc. En 1994, Yves Kuhn rencontre Jorgen Hempel, ancien industriel naval passionné de restauration de bâtiments anciens. Ensemble, ils mettent en oeuvre le mélange pendant 20 ans sur plus d'un millier de chantiers. Ils font évoluer la formule, les outils, la mise en oeuvre... Jorgen Hempel prend sa retraite en 2009, Yves Kuhn disparaît en 2012. Mais le chaux-chanvre n'a toujours pas terminé sa genèse et se rappelle à Jorgen Hempel, qui reprend du service.

En 2011, Jorgen Hempel fonde HEMP ECO SYSTEMS et poursuit la R & D pour résoudre la quadrature du chanvre : obtenir un meilleur lambda, réduire les temps de main d'oeuvre et de séchage, garantir l'homogénéité. Après 2 années, les résultats sont là et HEMP ECO SYSTEMS invente un process, le "HES MIX". Des chantiers se réalisent au Danemark, en Belgique, en Italie, en Suisse, en Lituanie. Le dépôt des brevets internationaux se fait en 2014 et 2015. En 2015, HEMP ECO SYSTEMS créé sa branche française, pays où tout a commencé 25 ans plus tôt.

Ma rencontre avec Jorgen HEMPEL cette année là marque un tournant dans mon parcours. Il a une très grande expérience du matériau, quasi unique à ce niveau. Il a aussi la vision et le projet... Il aime partager ce qu'il a appris, tout comme nous le pratiquons dans mon agence.

En lien étroit avec lui et son équipe, les premiers chantiers HES Mix en France sont réalisés en janvier 2016 par notre atelier d'architecture et des artisans d'Auvergne, dans le Mézenc. Plusieurs autres sont prévus cette même année et l'an prochain. Avec une dizaine de chantiers dans les 18 prochains moins, nous allons constituer le retour d'expérience propice pour la diffussion de ce matériau. Nous allons prendre part à l'évolution du process HES Mix et de ses techniques. Nous voulons élargir l'emploi de ce matériau, découvrir ses domaines d'applications, décliner les possibilités de mise en oeuvre, amener son coût à la portée de tous...

Avec HES Mix, nous faisons le choix de l'artisanat et de la simplicité. Nous passons un pacte pragmatique avec le vivant, avec les campagnes, avec le futur. Avec vous, nos clients.

Alexis MONJAUZE, 3  mars 2016